Palais des Bonbons et du Nougat à Montélimar

J’ai choisi ce lieu pour retrouver une amie qu’on n’avait pas revu depuis notre adolescence, il y’a presque 20 ans! Ouh! Quand on a calculé ça, on a tous prit un sacré coup de vieux! On a donc rencontré son homme et fait la présentation de nos (nombreux) enfants. C’était à mi-chemin entre chez nous et leur lieu de résidence de vacances… 

11 000 m2 pour vous replonger en enfance et dans vos plus tendres souvenirs…

Très sincèrement, la visite est assez sympa et remplie d’informations, mais très occupés à nous raconter nos dernières années, nous avons traversé le musée sans trop s’attarder…

  • D’abord, la visite du musée des bonbons :

Je n’avais jamais vu le portrait de Mona Lisa sous cette forme là :

La tête de Mickey tout en réglisse :

Notre amie s’est mariée avec un Norvégien et leurs enfants sont nés en Norvège. Il étaient presque choqués de voir autant sucreries différentes. Ils nous ont raconté qu’ils étaient loin d’avoir autant de choix dans leur pays! Ils ne connaissent pas les Carambars par exemple!

Des tubes géants remplis de bonbecs…

La plus grande collection de morceaux de sucre connue :

Les enfants se sont questionnés avec les testeurs d’odorat :

Ici, une carte de France interactive pour retrouver d’où sont originaires les bonbons :

Puis une carte du monde, avec toutes sortes de spécialités…

Parfois très étonnantes… comme ici, une sucette au scorpion provenant de Chine. En vente à la boutique, malheureusement (ou heureusement, je ne sais pas) le produit était en rupture de stock…

Les paquets de bonbons à travers le monde :

Les structures de bonbons sont parfois vieilles et défraîchies… Il serait temps de les refaire, les couleurs sont passées. Mais l’oeuvre générale est à saluer.

Les différentes étapes de la transformation du chocolat, de la fève à la poudre de cacao :

Sculptures en chocolat :

Inscrit au Guiness des records, et fabriqué à Montélimar en 2005, le plus gros nougat du monde (1300 kg) :

  • On continue avec la fabrique du nougat :

  • Puis, visite de la maison des jouets d’époque :

Les enfants ont essayé à peu près tout ce qui n’était pas en vitrine…

 Ici ou là, nous avons reconnu avec un peu de nostalgie parfois, des jouets de notre enfance!

Magnifique cage à oiseaux en bois faite par un grand-père pour son petit-fils :

Collection de landaus et de poupées :

Les jeux en bois sont toujours autant attractifs :

Les ancêtres des consoles :

On peut aussi retrouver le village de Marcel Pagnol en miniature et en santons. Désolée, je n’ai pas fait de photo, mais il est très bien représenté, joliment coloré et minutieusement recréé.

Le sens de la visite n’est pas très clair, on se perd et on n’a pas vu toutes les salles, peut être étions nous trop occupés à papoter?

  • Avant de sortir, on est passé par la boutique, lieu de supplice pour les enfants qui ne savent que choisir comme souvenirs… tant les envies sont grandes! Raisonnables mais gourmands, nous sommes repartis avec du nougat royal (pistaches, amandes et noisettes) pour offrir et une friandise pour chaque enfant.
  • Dehors, vous pourrez retrouver une mini ferme d’animaux et une volière exotique. Nous n’avons même pas emmené les enfants, notre journée avait été suffisamment chargée, et puis je ne vois pas trop l’intérêt de mettre des animaux ici, si ce n’est pour attirer du monde puisque la (mini) visite est libre… J’ai fait les photos en passant devant pour emmener ma fille aux toilettes.

Poneys, lapins, poules, coqs, écureuils…

  • L’aire de jeux extérieure est située juste à côté des tables de pique-nique (où nous nous sommes installés pour déjeuner) et en face du restaurant avec terrasse.

  • Enfin nous avons terminé notre journée dans l’aire de jeux indoore, 60 jeux sur 4 étages réservés aux 1 – 12 ans. Ils sont ressortis (après plusieurs rappels) épuisés et en nage!

Si ça vous tente, retrouvez plus d’infos sur leur site!

Ce fut une journée vraiment sympa, toute en gourmandise. En français, en anglais, tout le monde a pris le temps de se comprendre, nous avons confirmé nos centres d’intérêt communs et on espère se revoir très vite (pas dans 10 ans) peut-être en Norvège…

Céline

Laisser un commentaire