Jumeaux : un gars, une fille! Le choix des prénoms, un casse-tête chinois…

Nous avons rdv avec l’échographiste pour le suivi normal d’une grossesse gémellaire bi-chorial, bi-amniotique. C’est la 2ème, celle du 4ème mois. Nous espérons connaître le sexe de nos bébés. Même si on sait que « normalement » c’est à la seconde écho obligatoire qu’on l’apprend, au 5ème mois.

Nous retrouvons le Dc Jean-Marc LEVAILLANT, toujours aussi agréable.
Aujourd’hui, nous n’avons pas oublié de ramener un DVD vierge, je suis tellement impatiente d’enregistrer ce nouveau film! Il faut dire que je commence à connaître le 1er par cœur, mesures comprises!

C’est parti pour cette nouvelle rencontre magique avec nos jumeaux. D’abord bébé 2, comme l’appelle le doc. Il fait le tour, prend des mesures et nous demande si on veut connaître le sexe! Oui, oui, oui! Et bébé 2 est : roulement de tambour…. la vue de dessous ne nous laisse aucun doute, mais nous avons confirmation, c’est un garçon! Yes! En fait, bébé 2 aurait bien pu être une fille que ça nous aurait été aussi!
Il passe l’appareil sur bébé 1, après les mesures, doc rend son verdict : « Vous avez le choix du roi! » Bébé 1 est une fille! Hourra! Quelle chance! Bon, la vérité c’est qu’on n’aurait pas été déçu s’il nous avait dit que c’était aussi un garçon, le plus important étant que les 2 jumeaux soient en bonne santé…

Notre fille commence déjà à faire la chipie et n’a pas voulu montrer sa petite frimousse, mais nous repartirons avec la photo 4D de notre fils! Aussi bizarre soit-elle, je l’ai tout de suite transférée en fond d’écran sur mon téléphone, comme je l’avais fait avec celle du mois dernier…

Ma généraliste m’a vraiment bien orienté, le Dc LEVAILLANT, en plus d’être un excellent médecin, autant sur le plan médical que relationnel, est aussi à la pointe de la technologie questions photos 4D. En effet, c’est lui qui a introduit le matériel en France et qui forme les échographistes à son utilisation! Il nous réserve de belles séances de visionnage des bébés dans mon ventre… Il participe également, en même temps que notre suivi, à la création du film « Le mystère des jumeaux » !

Voilà, la rencontre est finie pour aujourd’hui, nous sommes heureux de voir que tout se passe bien, qu’ils se développent bien tous les 2. Et nous sommes plus que ravi de la grande nouvelle, nous savons enfin que nous attendons un garçon et une fille, le choix du roi! Pour un 1er essai, c’est plutôt réussi! Nous sommes comblés.

C’est ce que nous espérions, j’ai toujours pensé qu’il est plus facile d’élever des jumeaux de sexe différents. Et j’imagine aussi que ce sera plus cool pour eux, moins de points de comparaison évidents, moins de pression… Et puis c’est tellement chouette d’avoir le modèle fille et le modèle garçon! Short / jupe, voiture / poupée, rose / bleu, maillot de foot / tutu de danse… Oh les vilains stéréotypes! La vérité géniale chez les jujus garçons et filles c’est que la fille joue autant aux voitures que le garçon aux poupées! Et même que parfois, ma fille porte du bleu et mon fils du rose! Et il est où le problème?

Une fois rentrés à l’appart, nous n’avions plus le chiffre 2 en tête, ça c’était digéré, quoique… mais l’expression « un gars, une fille »! On avait plus qu’une envie, enfin surtout moi c’est vrai, c’était de leur trouver un prénom! Nous avions déjà commencé à y réfléchir en faisant des listes, mais aucun n’avait trouvé grâce à nos yeux!
Et puis, le prénom de notre fille est apparu comme une évidence, un coup de cœur, il a été adopté dès sa première évocation…

Je vous assure que trouver 1 prénom c’est compliqué mais d’en trouver 2, c’est carrément une mission impossible! Bon, maintenant que nous connaissions le sexe des bébés, on pouvait se projeter, c’était déjà plus réel.

Il nous restait donc à nous mettre d’accord pour le prénom de notre fils.

  • Il fallait qu’il nous plaise à tous les 2, c’est un choix que nous tenions à faire ensemble. Et si c’est tant excitant c’est aussi tout autant problématique… Quand l’un faisait une proposition, l’autre la rejetait presque aussitôt. Mon homme trouvait systématiquement une référence ou une idée pour me démontrer que ce n’était pas possible!
  • C’est aussi un moment important car c’est un des 1er choix que nous prendrons qui aura des conséquences tout au long de sa vie. C’est le 1er cadeau qu’on lui fera, alors on n’a pas le droit de se tromper!
  • On ne voulait pas l’entendre déjà partout. Il fallait un prénom rare ou peu donné, mais pas non plus original.
  • Pas de « made in USA », il fallait qu’on puisse le prononcer et l’orthographier à la française.
  • On voulait qu’il soit court, 1 ou 2 syllabes.
  • Il fallait aussi qu’il s’accorde bien avec le nom qu’on allait lui donner ET avec le prénom de sa soeur!
  • On ne voulait pas qu’un diminutif ridicule soit possible ou que ses initiales sonnent mal!
Finalement l’inspiration a été bonne puisque le lendemain même nous connaissions les prénoms de nos jumeaux! Ce sera Cali pour notre fille, petit clin d’œil à la ville de naissance de son papa (en Colombie). Prénom rare, d’origine grecque et qui signifie « la plus belle » : c’était juste parfait! Notre fils s’appellera Louca. Prénom encore peu répandu à ce moment là… Rrrr D’origine grecque aussi et qui veut dire « blanc » ou « pure ».

Je répète en boucle ces prénoms, et ils sonnent si bien! Voilà mon nouveau toc… jusqu’au prochain!

J’espère que ce second volet de « l’aventure jumeaux » vous plaira tout autant que le précédent, la suite au prochain épisode! 

Céline

Laisser un commentaire