Déjeuner chaotique et goûter à Chamrousse

Chamrousse est une station de ski, située dans le massif de Belledonne. A 45 min de Grenoble, on y trouve des pistes de ski de fond, des itinéraires en raquettes, des pistes de ski de descente et bien d’autres activités! J’en reparlerai quand la saison d’hiver aura enfin commencé!

img_6418

Le Plateau de l’Arselle à 1600 m d’altitude (superbe site de ski de fond habituellement à cette époque)

img_6419

En cette fin décembre, on aurait bien aimé aller skier et mériter ce repas copieux… Mais vu qu’il n’y a pas un demi centimètre de neige, et qu’on est des gourmands, on n’a pas résisté à monter se régaler de spécialités montagnardes!

img_6407

La tartiflette

img_6434

La tarte aux myrtilles

J’avais réservé une table pour 7 personnes, pour 13h, au restaurant La Salinière. Situé sur le plateau de l’Arselle à Chamrousse, il dispose d’une vue époustouflante et du monopole car il n’a aucune concurrence.

Ici, nous sommes des habitués du goûter. Une crêpe, une part de tarte aux myrtilles, un chocolat ou un vin chaud, après une séance de ski de fond ou une rando en raquette (quand on a une bonne couche de neige), on s’y régale! L’accueil n’a jamais été très chaleureux mais sans plus. On avait eu un bon retour sur la cuisine, et les commentaires de Tripadvisor n’étaient pas mauvais. Et bien on n’a pas été déçus…

Arrivés au restaurant, nous patientons gentiment quelques minutes pour qu’on nous place. Mais le serveur, passait et repassait devant nous sans même nous accorder un regard. Donc je l’interpelle, en lui expliquant que nous avions une réservation. Il me dit qu’il est débordé et que je n’ai qu’à chercher notre table! Alors certes, il était seul, mais il n’y avait pas foule non plus! Déjà, l’entrée en matière est assez forte… Je ne savais même pas, si nous devions nous installer en terrasse ou à l’intérieur, mais vu le soleil qu’il y avait, nous n’allions pas nous en priver. Après nous être assis tranquillement, nous patientons pour pouvoir consulter les cartes.

Nous étions déjà interloqués par cet accueil, mais alors quand le serveur à placé d’autres personnes et leur a  donné la carte dans la foulée, je l’ai appelé : « S’il vous plaît »? Il s’est retourné et a demandé : « Qui a crié comme ça? » Alors là, c’était pas mal quand même! Parce que, j’ai peut-être haussé le ton pour être sûre qu’il m’entende, mais je n’ai certainement pas crié! Donc je lui explique qu’on aimerait bien avoir des cartes, et il me répète qu’il est débordé en me tendant une bonne dizaine de cartes. Faut pas déconner, il va quand même pas perdre 20 secondes à compter jusqu’à 7 pour nous donner juste le compte!

Nous choisissons sans trop tarder puisque les enfants commencent à avoir faim… Pendant ce temps, nous constatons que les autres clients sont accueillis de la même façon, certaines personnes sont même parties, lassées d’attendre. Nous voyons aussi d’autres clients aller commander leurs boissons directement au bar. Quand le serveur est allé prendre la commande d’une tablée arrivée après nous, à notre tour, nous avons décidé d’aller passer commande nous même! Sauf que, visiblement, il y’a des habitués qui sont autorisés, et nous qui n’avons pas eu le droit! Le serveur, qui passait et qui nous a entendu nous plaindre, nous demande si nous avons pris un ticket? En plus de ça, il a un sens de l’humour très développé! Non, parce qu’apparemment, repérer l’ordre dans laquelle sont arrivés les gens n’est pas dans ses prérogatives! Nous retournons donc nous asseoir et attendons à nouveau. À 13h30, ma belle-sœur l’interpelle et lui demande si, accessoirement, il est possible qu’il prenne notre commande? Il vient donc agacé, en nous disant que ça n’ira pas plus vite si on passe commande! Je lui rappelle que nous avions réservé une table pour 13h, que nous somme là depuis 30 minutes et que les enfants ont faim. À cela il me répond qu’ils n’avaient qu’à petit déjeuner ce matin (ce qu’ils avaient fait, mais là n’est pas la question) et qu’ils n’ont qu’à aller jouer dans la neige pour patienter! La neige? Heu… Faudra qu’il m’explique où il en a vu! Il informe mon fils qu’il n’y a pas de Fanta, du coup Loulou réfléchit à ce qu’il pourrait prendre à la place. Alors là, il prend carrément une chaise et s’installe en disant « et ben voilà » comme si c’était de la faute de mon fils s’il était débordé et s’il n’y avait pas ce qu’il voulait! Alors il n’est plus tout jeune m’enfin quand même! Bref, dans la foulée nous demandons nos plats. Et là, ça continue, mon beau frère et ma belle-sœur qui voulaient une raclette pour 2 ont dû changer leur choix, car apparemment, ça aurait été très, très, très long! Peut-être qu’ils font venir le fromage de la montagne voisine, je ne sais pas?

Nous donnons un talkie-walkie aux enfants et les envoyons jouer sur le plateau en leur disant qu’on les appellera quand ce sera servi, en pensant que ça allait encore être long…

img_6416

Vue de la terrasse.

img_6417

Ils sont allés dévaler la piste de luge en contrebas du restau.

15 minutes plus tard nous étions tous servis, comme quoi ce n’était pas en cuisine que ça coinçait! Les plats sont arrivés tièdes, la tartiflette n’avait rien d’extraordinaire et la charcuterie était sans doute sous vide… Les frites n’étaient pas terribles et l’entrecôte de petite taille. Je ne dis pas que c’était mauvais, mais pour le prix on a connu mieux…

img_6407 img_6408

Du coup, nous avons pris des cafés et avons décidé d’aller manger nos desserts ailleurs. Les enfants, qui avaient choisi des menus avec une glace, n’ont pas eu la chance d’être servis à table, c’est au moment de payer que je me suis aperçue qu’ils ne les avaient pas eu… Du coup, ils sont partis avec puisque c’était des petits pots…

Après avoir profité du paysage et du soleil pour faire quelques photos, nous sommes montés à Chamrousse 1750 pour prendre les desserts!

img_6406

Dans la galerie, nous nous sommes un peu précipités et nous sommes rentrés dans un restaurant au lieu d’un autre… On avait déjà mangé ici et on savait que ce n’était pas notre premier choix mais qu’il ne venait pas loin derrière, alors…

img_6437 img_6438 img_6439

Le Refuge Gourmand

Nous avons été très bien accueillis par la serveuse, qui nous a laissé nous installer où nous voulions. Nous avons choisi la grande table dans un petit coin tranquille. La déco est typiquement montagnarde, avec d’anciennes photos, de vieux skis… On s’y sent très bien, l’ambiance est chaleureuse.

Les enfants avaient choisi des crêpes et nous avons aussi pris des tartes aux myrtilles et une dame blanche. Avec de vrais chocolats chauds… Tout était bon, même si nous avons eu des difficultés à finir les tartes car elles étaient constituées d’une pâte sablée et d’une épaisse gelée. Bonne mais écœurante. Celle que nous avons l’habitude de manger est composée d’un sablé, d’une gelée et de vrais myrtilles… Et ça fait toute la différence!

img_6435

Crêpe caramel beurre salé avec supplément chantilly… On a aussi goûté à la chocolat – chantilly et la sucre – chantilly.

img_6436

img_6434

Pour conclure, nous vous déconseillons fortement le restaurant La Salinière sur le plateau de l’Arselle (en tous cas pour y manger), et validons Le Refuge Gourmand dans la galerie marchande à 1750 (pour un dessert).

En espérant que la neige tombe au plus vite, que nous puissions chausser nos skis, et continuer de se régaler sans trop culpabiliser!

A bientôt!

Céline

Laisser un commentaire